Soutien de l'identité tibétaine, échanges culturels, actions humanitaires, élaboration, réalisation et développement de projets en faveur du peuple tibétain, au Tibet et en Inde.
Photos
Historique

HISTORIQUE DES CAMPS DE RÉFUGIÉS EN INDE
ET DE J-VILLAGE

Sa Sainteté le Dalaï Lama et Rinchen Phuntsok


TIBET-VILLAGE-PROJET
(association loi 1901)
6, rue Lamartine
92130 - Issy-Les-Moulineaux
FRANCE

Contacts:
Rinchen Phuntsok
(Fondateur & Directeur exécutif):
rphuntsok@yahoo.com
Tél : 06 23 46 02 65

Lisa Sens
(Fondatrice & Présidente):
lisasvl@hotmail.fr
Tél : 06 37 01 03 97



PHOTOS

En 1950 la Chine envahit le Tibet.
S.S. le Dalaï Lama s'exila en Inde en 1959. Le peuple tibétain s'insurgea contre l'occupant et la répression sanglante qui suivit conduisit les Tibétains à fuir en masse vers l'Inde pour suivre leur chef spirituel et temporel. Le Dalaï Lama s'établit à Dharamsala (Inde du Nord), où il forma un gouvernement en exil, l'Administration Centrale Tibétaine (CTA - Central Tibetan Administration).
Pendant la Révolution Culturelle des années 60, plus d'un million de Tibétains perdirent la vie et le nombre de réfugiés dépassa rapidement les 100.000, mettant le Gouvernement Indien devant un réel problème de capacité d'accueil.
Après plusieurs déplacements forcés, les réfugiés tibétains purent enfin se rassembler dans des camps de fortune surpeuplés, au nord-est de l'Inde. Bien adaptés à l'altitude, ils y furent employés à la construction des routes de montagne, un travail effectué à mains nues. Leurs conditions de vie furent très difficiles, le changement climatique les fragilisa et beaucoup moururent de malnutrition et de maladies. Dans les premières années de l'exil, le taux de mortalité fut très élevé. Aujourd'hui ces problèmes sont toujours d'actualité. La malnutrition, la méconnaissance des règles d'hygiène élémentaires et le manque d'eau potable restent de véritables problèmes pour la population des camps de réfugiés.
Seulement dans les années 70 les réfugiés furent envoyés dans d'autres régions de l'Inde où le Gouvernement Indien mit à leur disposition des terres, le plus souvent peu fertiles et isolées. Ils se regroupèrent en fonction de leur lieu d'origine au Tibet et afin de préserver au mieux leur culture et identité, ils fondèrent des communautés autonomes, quasiment autosuffisantes.

l'Etat sud indien du KARNATAKA a accueilli la plus grande concentration de réfugiés tibétains. Ils sont au nombre de 60.000 environ, aujourd'hui regroupés dans cinq grandes colonies (settlements), chacune subdivisée en différents camps (villages).
Ces colonies sont dédiées à l'agriculture. Les habitants y cultivent essentiellement du maïs et gardent des troupeaux pour le lait et la fabrication de quelques produits laitiers. Pour subvenir à leurs besoins, les réfugiés vendent le surplus de leurs produits agricoles sur les marchés indiens locaux. L'hiver, certains partent dans le Nord de l'Inde pour participer au commerce des tricots et lainages.



Le Camp de Réfugiés Tibétains de DHONDENLING

C'est dans ce camps, que se trouve J-VILLAGE. Situé sur le territoire de KOLLEGAL, à environ 200 km au sud de Bangalore, il fut fondé en 1974 après la mise à disposition d'un terrain de 7500 hectares dont 965 cultivables par l'Etat de Karnataka. DHONDENLING recense aujourd'hui plus de 8000 habitants. C'est la troisième colonie par ordre de grandeur et la plus pauvre des cinq.
DHONDENLING SETTLEMENT est composé de 22 "villages" (de A-VILLAGE à V-VILLAGE), distancés de plusieurs kilomètres et séparés par des parcelles cultivées.
Les bâtiments officiels, écoles et hôpitaux sont centralisés au milieu du Camp de DHONDELING. ce qui rend l'accès difficile pour les habitants des différents villages. Il n'y a pas de transport et les chemins sont souvent en mauvais état.

Education
Au centre de la Colonie de DHONDELING, à environ 10 Km de J-VILLAGE, se trouve le complex scolaire regroupant maternelles, école primaire et secondaire. Les élèves sont généralement pensionnaires. Certains villages de la Colonie se trouvent à des dizaines de kilopmètres et à part le ramassage scolaire très élémentaire, il n'y a pas d'autres moyens de transport.

Santé
L'Hôpital VAN THIEL (également au centre du camp), est dédié à la médecine occidentale générale et fut fondé en 1976 à l'initiative du Néerlandais M. Van Thiel. L'hôpital dispose d'une salle d'opération, d'une salle d'accouchement, d'un laboratoire d'analyses médicales, d'une salle de radiologie. Il y a un petit centre de consultation et deux sections de 15 lits chacunes pour des patients souffrant de tuberculose. L'hôpital a été rénové en 2001 grâce à la mise à disposition des fonds par le vénérable Dzogchen Rinpoche, l'abbé de Dzogchen Monastère.
Au même endroit se trouve l'hôpital de médecine traditionnelle tibétaine, MEN TSEE KHANG, qui dépend directement du "Tibetan Medical and Astrological Institute" de DHARAMSALA.

Religion
Cinq temples et monastères bouddhistes ont vu le jour à DHONDENLING dont l'important Monastère DZOGCHEN, qui fut construit en 1992 et inauguré par Sa Sainteté le Dalaï Lama. Le monastère est dirigé par le vénérable Dzogchen Rinpoche, le frère de Sogyal Rinpoche et regroupe une soixantaine de moines.

J-VILLAGE est le dixième village des 22 villages du Camp de DHONDENLING et se trouve sur la route qui mène au bourg d'ODEYARPALAYA.
J-VILLAGE compte près de 360 habitants actuellement ( env. 40% de personnes âgées, 30% d'adultes et 30% d'enfants). Ils sont tous originaires de la région du MONT KAILASH dans l'ouest du TIBET.
Le Temple SANGNYAG DARGYE LING de -J-VILLAGE est sous la responsbailité du Yogi Tenzin Dorjee qui conduit les prières et cérémonies. Le 1° étage du temple qui devrait abriter le logement d'une vingtaine de moines, dont les travaux ont repris depuis cette année, a été en chantier depuis plusieurs années à cause du manque de fonds. La réincarnation du Lama Lungtok Gyaltsen Rinpoche, le fondateur du temple décédé il y a 5 ans, a été reconnue. Toutefois, elle n'a pas pu être installée officiellement puisque le temple n'est pas terminé, chose que les Tibétains considèrent comme un très mauvais présage.

Vue de J-VILLAGE
La prière du soir

Association régie par la loi 1901, publiée au Journal Officiel le 01 décembre 2007, N° 1996


Tibet - Tibétain - Tibétaine - J-Village - Aide aux tibétains en exil - Camp de réfugiés tibétains de Dhondenling - Free Tibet - Tibet libre - Association pour un Tibet libre.